Parlons BD #2

Meoooow à tous !!!!

Cela fait longtemps que nous n’avons pas parlé BD, mangas et comics.
Il est donc temps de rattraper tout cela car la période est assez chargée en nouveauté.
Au programme, ésotérisme, Télé réalité, espace, japon, aquarelle et zombie.

Alors à vos bulles, prêts, partez !!!!

On va commencer avec de l’ésotérisme, des mondes parallèles et de la magie noire avec le Manoir Sheridan – La Porte de Géhenne.

Direction le Canada des années 20 et plus précisément 1922. Lors de sa cavale après un braquage, Daniel est victime d’un accident. Il devra son salut à Angus Mac Mahon qui l’accueille dans sa demeure, le manoir Sheridan. Coincé ici le temps de sa convalescence, il va s’aventurer dans le manoir jusqu’à aller dans les pièces interdites et découvrir un des secrets de son hôte. Edana la nièce d’Angus est coincée dans un coma. Pour la sauver et se sauver au passage il devra se rendre dans un monde parallèle et cauchemardesque créé par l’activation de la porte de Géhenne grâce à la magie noire. Comment s’en sortira-t-il ? c’est à vous de le découvrir.



Entre Shining et Alice au Pays des merveilles, on se retrouve transporté dans un vieux manoir aussi inquiétant que fascinant. La seule différence c’est qu’une fois passé la porte magique nous ne sommes pas attendus par le chapelier fou mais par des démons et autres créatures prêtes à nous dévorer. Jacques Lamontagne connaît bien le Canada puisqu’il est né à Québec en 1961. Le dessin rythme sa vie depuis son plus jeune âge car il passait son temps à remplir de dessins des marges de ses cahiers.

Plus connus pour son travail sur série Yuna et sur les Druides il nous livre là le 1er tome d’un diptyque assez prenant.  Entre l’histoire même du manoir, celle des personnages on est vite pris dans ce tourbillon de fantaisie.  C’est à la fois stressant, oppressant mais présenté avec tellement d’audace qu’une envie de savoir ce qui se trame et surtout ce qu’il se passe de l’autre côté nous prend très rapidement.

Au dessin on retrouve Ma Yi qui tout petit lui aussi, laissait déjà sa trace mais plus sur les murs de sa maison que sur ses cahiers. Ces deux-là n’en sont pas à leur première collaboration car ils ont travaillé ensemble sur Yuna mais il a sur restituer à la perfection l’ambiance correspondant à ce scénario rendant l’histoire à la fois surprenante et à la fois intrigante. J’ai hâte de dévorer le second tome.

Manoir Sheridan – La Porte de Géhenne 
Glénat
14€50
https://www.glenat.com/bd/series/le-manoir-sheridan

On reste dans l’ésotérisme et la possession avec Nécromants :



Dans un monde où les Nécromants peuvent utiliser les compétences des morts, chacun cherche à se lier aux fantômes les plus puissants : le meilleur sorcier, le combattant le plus doué, le marchand le plus rusé…Mais lorsque la jeune Morla se fait posséder par un ancien archimage, c’est son frère qui devra trouver un moyen de l’aider – et accessoirement, de sauver le monde. Son frère, qui ne sait invoquer qu’un érudit tête-en-l’air, un guerrier maladroit… et une danseuse du ventre.



Sur un ton beaucoup plus léger que le Manoir Sheridan, débarque dans un univers où la magie règne mais où celle-ci dépend de la ou des âmes qui vous possèdent. Partant sur ce principe, on se doute que tout ne va pas se passer comme prévu et donner des situations assez drôles. Malgré tout, Olivier GAY, qui est aux commandes a réussi à ne pas tomber dans le registre parodique et a su mélanger parfaitement l’humour, la magie et l’action. On avance de surprise en surprise et nous n’avons pas le temps de souffler jusqu’à la fin du tome.

Côté dessin, on retrouve Tina VALENTINO qui donne du pep à cette histoire. Le trait est très agréable et les couleurs sont bien employées et on sent bien la nuance entre le côté chaleureux de la ville (on se croirait dans les 1001 nuits) et le côté sombre de la magie.

C’est léger mais cela se lit avec plaisir.

Nécromants T1 – Le réveil de l’archimage
Drakoo
14€50
https://www.drakoo.fr/necromants/

On enchaine ensuite avec le très attendu tome 2 de Gunblast Girls de Crisse.


Zdenka avait réformé les Gunblast Girls pour un plan simple : escorter discrètement une gamine à l’autre bout du système sidéral, prendre l’oseille et se mettre au vert. 
Et puis ladite gamine s’est révélée être le réceptacle d’une entité cosmique convoitée par la moitié de la galaxie, et sujette à des crises de panique qui téléportent tout le monde à travers l’espace… et maintenant, le temps ! 
Et là, forcément, le plan a légèrement dérapé…




On reprend là où l’on avait laissé le 1er tome directement dans l’action et cet opus ne va pas déranger à cela. De l’intrigue et de l’action non-stop. Infinity arrivera-t-elle à maîtriser ses pouvoirs et quelle en est l’étendue ?
En apprendra-t-on un peu plus sur Zdenka ?
Crisse, qu’on ne présente plus, nous offre là une fin de cycle très agréable à lire, pleine de rebondissement et dessinée de main de maître.

Gunblast Girls – KOYAANISQATSI
Le Lombard
13€99
https://www.lelombard.com/bd/gunblast-girls/koyaanisqatsi

On continue dans l’espace mais c’est fois avec une histoire assez contemporaine. Direction Mars avec Phobos.



Six filles et six garçons sont envoyés dans l’espace dans des modules séparés afin de se rencontrer au fil des jours.
Leur but ? Trouver l’amour et devenir la première colonie humaine sur Mars. Bien sur le tout sous les caméras et la surveillance de la compagnie Genesis donc cette (E)mission semble être cruciale.
Léonor, l’une des six élues, rêve de trouver ce grand amour mais ne se doute pas de ce qu’il va réellement se passer.



Rien de plus actuel que cette série. Entre Musk, Bezos et Branson qui se battent pour la colonisation de l’espace et aller sur Mars. Entre les nombreuses télés réalités disponibles sur le grand écran il était logique de voir un jour la fusion des 2. Issue d’une saga littéraire à succès, Phobos mélange les genres et nous emporte dans une télé réalité spatiale romantique sur un fond de mystère. 

Aux commandes on retrouve Victor Dixen et pour sa 1ere BD ne pouvait pas être mieux choisi car qui de plus légitime que l’auteur original des livres pour en faire l’adaptation.
Il est aidé dans sa tâche par Eduardo Francisco un illustrateur brésilien au registre assez varié (Conan the Barbarian, Adventures of Superman, Mass Effect – Homeworlds…) et je dois dire que le duo fonctionne très bien et l’on a hâte de découvrir le mystère qui se cache derrière cette histoire (pour ceux qui comme moi ne connaissent pas le livre).

Phobos – L’envol des éphémères
Glenat
16€90
https://www.glenat.com/24×32-glenat-bd/phobos-tome-01-9782344042861

Pour la suite, on va se tourner vers le tome 1 de Ténébreuse.


Méprisé par ses anciens compagnons d’armes pour un crime qui entache à jamais sa réputation, Arzhur erre de tavernes en champs de bataille à la recherche du prochain contrat qui remplira sa bourse.
Une nuit, trois mystérieuses vieilles femmes lui proposent le pacte dont rêvent tous les mercenaires : retrouver honneur et fortune en délivrant une fille de roi, retenue captive dans les ruines d’un château abandonné.
Malgré la méfiance de son écuyer, Arzhur accepte le marché et livre un combat sans pitié aux monstres qui gardent la princesse. Mais Islen n’est pas la frêle jeune fille en détresse qu’il imaginait sauver.


Un petit coup de cœur pour cet album. Issue de l’imaginaire de Hubert (qui nous à malheureusement quitté en 2020) cette œuvre est presque plus un conte qu’une bande dessinée. Tous les codes sont là, la princesse, le chevalier, des monstres.
C’est à la fois poétique, sombre et violent, et une vraie intrigue se découvre au fil des pages. Qui est vraiment Islen, qui sont les vieilles femmes et quel est le passé que notre héros veut oublier ? Plein de mystère s’offrent à nous. Un vrai régal. Et que dire du dessin de Vincent Mallié qui est juste parfait pour ce genre d’histoire. De plus la version en noir et blanc augmente le côté sombre et tragique de ce conte et laisse au lecteur une part d’imaginaire sur sa représentation. Les décors sont extrêmement soignés sans être surchargés donnant une bonne fluidité de lecture.

Même si effectivement ce tome n’est pas donné (la version couleur sort à la rentrée et sera moins chère) c’est vraiment une très belle BD intéressante à lire.

Ténébreuse Tome 1
Dupuis
49€90 (Edition N&B numérotée)
https://www.dupuis.com/tenebreuse/bd/tenebreuse-tome-1-tenebreuse-t1-2/87701

Passons au Manga avec Soul Liquid Chambers.



22e siècle. Alors que l’humanité lutte pour survivre, Emile arpente un monde désormais connu comme le Terrain de jeu des macchabées. Sa profession : guide en terrain irradié. Sa nouvelle cliente, une riche et adorable gamine, n’est pas vraiment le profil que l’on s’attendait à trouver au milieu des zombies et autres mutants. Mais manifestement, toutes les petites filles ne sont pas faites de sucre et d’épices…



Comment vous donner envie sans trop vous spoiler ? Déjà cela fait longtemps que je ne commence pas de nouvelles séries en Manga mais là j’ai été attiré par la couverture. Il faut avouer qu’une fille en maillot de bain, masque à gaz et tronçonneuse ça intrigue.
Puis le synopsis semblait intéressant. Au final on découvre un titre léger à lire mais qui ne manque pas d’idées. L’intrigue démarre lentement mais permet de découvrir une partie des protagonistes. Par contre dès qu’apparaît une once d’action on semble être transporté dans une autre histoire tellement cela devient violent et sanglant. On va découvrir au fur et à mesure la vraie personnalité de Lotte un penchant scientifique et technologie à cette série qui finalement ne se résume pas qu’à tuer du zombie.

Nozomu TAMAKI a réussi à trouver un bon équilibre pour ce début. C’est frais, ça change des histoires classiques. 
Vivement le tome 2.

Soul Liquid Chambers
Noeve Grafx
7€95


Faire une chronique Bds sans parler comics ne serait pas une vraie chronique. On va donc parler d’un des ovnis du moment avec Demon Days.
Cette mini-série (5 volumes) nous plonge dans le passé, au Japon, où les samouraïs, ninjas et yokai sont le penchant féodal de nos héros.
La 1ere couverture nous tease d’ailleurs la présence de Venom en yokai (créatures surnaturelles dans le folklore japonais) et Psylocke en guise de rōnin venant délivrer un village de celui-ci.




Déjà le concept est très intéressant surtout si comme moi vous êtes fan des comics et du Japon.
Ce qui est encore plus intéressant c’est qu’au commande on découvre une des dernières artistes en vogue de chez Marvel, Peach Momoko.
Connue récemment des fans de comics de par ses nombreuses variantes, elle a su apporter sa touche à un univers déjà bien varié.
Sa particularité est de dessiner et colorer ses pages à l’aquarelle donnant un rendu encore jamais vu chez Marvel. Un vrai régal pour les yeux.
Elle est donc aux manettes de cette mini-série où elle a carte blanche pour nous transporter dans son univers.

Demon Days: X-Men & Demon Days: Mariko
Marvel Comics
4$99
https://www.marvel.com/comics/issue/93299/demon_days_x-men_2021_1
https://www.marvel.com/comics/issue/93300/demon_days_mariko_2021_1

Bonne lecture à tous !!!