Bds – Back to Basic

Meowww à tous!!!!

J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes et fait une bonne rentrée.
Pour ma part j’ai bien profité des vacances et j’ai beaucoup lu (livre et bds) comme à mon habitude.
Entre le dernier Maxime Chatam (en version poche) et les diverses Bds achetées avant de partir en vacances, j’avais de quoi faire.
Malgré tout je ne suis dit que c’était bien de découvrir de nouvelles séries mais je me suis demandé si je pourrais encore relire mes 1eres sélections.
Je suis donc reparti en 2004 avec mes 1ers mangas.

Dans ces années-là, j’avais une bonne culture sur les animes mais était complètement novice sur les mangas. Pourtant ce phénomène commençait à prendre beaucoup d’importance en France.
Etudiant à l’époque, je ne suis laissé guider sur les œuvres à voir pouvant me plaire.
Les 3 premières séries qu’on me conseilla furent “Love Hina” de Ken Akamatsu, “Chobits” de Clamp et “Ikki Tousen” d’Yūji Shiozaki.
C’est donc de ces 3 œuvres dont je vais vous parler (ainsi que d’une petite surprise en bonus à la fin).

Love Hina:

Keitaro, 19 ans, a échoué par deux fois au concours d’entrée de l’université de Tokyo.
Mis à la porte par ses parents, il espère que sa grand-mère, propriétaire d’un hôtel, acceptera de l’héberger. Absente, il découvrir que celui-ci est devenu un pensionnat pour jeunes filles dont il devient vite l’homme à tout faire ! Parviendra-t-il enfin à intégrer l’université pour tenir la promesse qu’il a faite enfant ?…

Un titre un peu girly mais que j’assume complètement. On trouve tout ce que j’aime dans le manga dans cette série. Premièrement, le dessin est très agréable et les décors, les lieux et l’ambiance restent très fidèle à ce que l’on peut attendre du japon.
On se retrouve dans une “colocation” d’étudiante/lycéenne ou le pauvre Keitaro en verra de toutes les couleurs. Se retrouvant souvent dans des situations gênantes (souvent sexy) il subira régulièrement le courroux de ces demoiselles. On peut de ce côté-là retrouver les coté humoristique d’un City Hunter.
Outre son aspect sexy comique, cette série est aussi très axé sur l’amitié surtout quand on sait que Keitaro veut tout faire pour entrer dans cette université afin de tenir la promesse faite quand il avait 5 ans a son “amoureuse” de la retrouver à Todai une des université les plus réputées/

Cette série a été pour moi une sublime découverte et surtout son auteur Ken Akamatsu dont j’ai lu toutes les séries depuis (AI non-stop! – Itsudatte My Santa – Negima! – UQ Holder!).
Le dessin n’a pas trop changé ni vieilli avec le temps et chaque série apporte son univers mais conserve son humour et a, comme axe commun, une grande histoire d’amitié.

Love Hina
Ken Akamatsu
Pika Edition
14 tomes
http://www.pika.fr/catalogue/pika-shonen/love-hina-12987

Chobits:

Dans un monde où des robots humanoïdes sont devenus les compagnons de la population, Hideki, jeune étudiant sans le sou, passe devant les magasins avec envie. Sa vie bascule le soir où il trouve une jeune fille aux longs cheveux blonds couchée sur un tas d’ordures. D’abord paniqué, Hideki s’aperçoit rapidement qu’il s’agit d’un robot abandonné. Commence alors une relation hors normes et un apprentissage bien curieux pour la petite Tchii, robot naïf et touchant…

Une belle histoire d’amour et d’amitié qui finalement était assez visionnaire pour son époque et je trouve finalement très actuelle. La robotique prend de plus en plus de place dans notre monde que ce soit sur des plans personnel, professionnel et même sexuel.
On suivra donc au fil de ses 8 tomes, l’apprentissage de Tchii qui découvrira petit à petit les bons et les mauvais côté de l’homme.

Chobits
CLAMP
Pika Edition
8 tomes
http://www.pika.fr/catalogue/pika-shonen/chobits/chobits-double-t01-02-14752

Ikkitousen :

Dans le Japon contemporain, une guerre sanglante fait rage entre les élèves de sept lycées et académies de la région de Tokyo. Tous ces jeunes gens ont pour particularité d’être les dépositaires d’un pouvoir immense, conféré par des pierres sacrées, les magatamas, réceptacles des âmes de guerriers chinois ayant combattu pour l’unification de la Chine. Leur titre : Ikkitousen, chevaliers redoutables capables de défaire seuls mille hommes.
C’est dans cette ambiance que Hakufu Sonsaku arriver. Elle, aussi belle que puissante, va très vite faire des ravages dans la longue liste des combattants locaux. Pressentie pour être la réincarnation de Toushi, l’un des guerriers les plus puissants de l’histoire, arrivera-t-elle à maîtriser le destin auquel elle est liée par sa magatama.

 

Bon changement complet de registre. Même si les filles sont sexy et souvent dévêtues, la violence et très présente donnant très vite un regard plus adulte sur le manga. Celui-ci va d’ailleurs gagner en maturité et en noirceur au fil des tomes.
Le scénario de Yūji Shiozaki base sur le roman à succès “Histoire des Trois Royaumes ” est bien abouti et les dessins sont très agréables.
Plusieurs mangas ont repris ce thème par la suite mais celui-ci reste pour moi le meilleur (Battle Club, Air gear..).

Ikkitousen
Yūji Shiozaki
Panini
12 tomes
http://www.paninicomics.fr/web/guest/productDetail?viewItem=613389

Malgré ce petit retour aux sources, parlons quand même nouveauté avec le retour assez attendu pour certain de Jane Grey avec la nouvelle mini-série Marvel.

Phoenix Resurrection:

Faisant écho au titre “Phoenix Resurrection” de 1995, et sur sa lancée de faire renaître son équipe originelle, il était donc normal après avoir sorti notre griffu national de son cercueil d’Adamantium, de faire revenir la seule et unique Jean Grey alias “Phoenix”. Même si “Phoenix” a disparu depuis longtemps, la force Phoenix est, elle, toujours présente et à l’origine de nombreux bouleversement chez nos héros. C’est la traque sans fin de cette force qui va amener nos compagnons à ces retrouvailles tant attendus. Mais sera-t-elle le Phoenix qu’ils ont connus ou bien une nouvelle force à combattre. La réponse est à venir dans les prochains numéros.

Phoenix Resurrection
Marvel
3$99