Fnac Live 2016

Nouvelle année nouvelle session de concerts avec le festival Fnac Live et de ce côté-là la programmation de cette année est encore impeccable avec des artistes comme Jain, Lilly Wood & The Prick, Yael Naim, Hyphen Hyphen et Louise Attaque en clôture.

Bon côté organisation, quelques déconvenues mais dans l’ensemble je suis toujours emballé par ce festival. Son principal atout est la gratuité (mais cela va-t-il durer?) mais cette année suite aux différents événements, la Fnac c’est doté d’un service de sécurité au top. Malheureusement la communication n’a pas été très clair vis à vis du public sur les restrictions. Déjà les bouteilles d’eau et brumisateurs sont interdites, avec les fortes chaleurs et en plein soleil c’est une bonne idée mais rassurez-vous les bars de la Fnac en vendent. Bon sans bouchons donc si vous laissez votre place devant la seine pour aller en chercher ne pensez pas revenir. Ma plus grosse incompréhension a été sur les appareils photos, autorisés les 2 premiers jours puis interdis à l’entrée les 2 suivants. Bien sûr la Fnac n’a prévenu personne j’ai donc du louper 2 concerts le temps de rentrer poser l’appareil à la maison. Il faudrait peut-être prévoir des consignes pour des cas comme ça ou alors améliorer la communication.
Enfin bon une fois dedans, l’ambiance est toujours au rendez-vous et cette année encore la Fnac nous gâte. Surtout le final, Louise Attaque !!! J’ai connu la naissance du groupe en 1994, mais je n’étais pas forcement en âge d’aller sur des concerts. Puis ils se sont séparés, ont fait des pauses. Finalement, grâce à la Fnac j’ai enfin pu voir les Louise Attaque de ma jeunesse.
Dans les autres concerts j’ai aussi énormément apprécié l’énergie d’Hyphen Hyphen

Bon comme vous l’avez compris, je n’ai pu prendre des photos qu’au début, je ferais donc le résumé de la 1ere journée uniquement (mais quelle journée!!).

Bon Voyage Organisation:

Le 1er groupe de la journée et aussi de cette nouvelle édition. Bon c’est de la Pop Folk donc il y avait déjà beaucoup de chance que cela me plaise.
BVO est plus une troupe qu’un groupe. Autour du noyau dur de la session rythmique, le groupe évolue au fil des rencontres musicales. Si je devais qualifier leur genre, ce serait un mélange Electro disco.
Assez agréable à écouter ce fut une bonne mise en bouche pour cette 1ere journée.

Lola Marsh:

Découverte et révélation de cette 1ere journée. Lola Marsh est un groupe d’indie pop Israélien créé en 2013. Yaël la chanteuse est issue de The Voice Israël. On la compare souvent vocalement à Lana Del Rey dont elle avait d’ailleurs repris Video Game lors de l’émission. Gil le Guitariste lui avait déjà une formation lorsqu’ils se sont rencontrés. De leur union est né Lola Marsh. Sur scène, on sent très vite la complicité musicale entre eux. Tantôt énergique, tantôt envoûtante Yaël s’impose sur scène d’un naturel déconcertant avec sa voix éraillée qui résonne sur la place de l’hôtel de ville.

Feu! Chatterton:

1er groupe français et surtout parisien de l’édition. Il est donc un peu en terrain conquis pour répandre sa musique pop rock.
Après avoir écumé les festivals pendant plusieurs années et fait quelques 1ere parties de concerts (en glanant quelques prix au passage), ils font appel au financement participatif pour sortir leur 1er EP.
Grâce à cela, ils signent chez Barclay pour leur 1er album l’année dernière.
Si leur musique reste assez moderne (il y a Pop dans Pop Rock), il faut surtout tendre l’oreille et faire attention aux textes, qui sont très important pour eux. On sent dans les paroles des influences beaucoup plus anciennes comme Brel, Gainsbourg et tous ces grands chanteurs français à texte. Sur scène, Arthur qui arbore un look assez classieux se réclamant du dandysme. Si aux 1ers regards il semble frêle, la réalité en est tout autre. Il semble plutôt habité et délivre ses chansons et une telle passion, une telle fougue et une telle énergie (comme on pouvait d’ailleurs retrouver chez Brel).
Sans parler de coup de cœur, cela reste quand même une très bonne découverte et j’ai hâte de me poser avec spotify pour bien écouter les textes profonds de leurs chansons.

Jain
Bon là je ne peux pas parler de découvert tellement ses tubes passent en boucle à la radio depuis quelques mois mais alors quelle plaisir de découvrir en live cette jeune musicienne / chanteuse.
Jain voyage depuis sa plus tendre enfance. De ces années de voyage, elle apprend la musique, les instruments en s’inspirant des différents endroits où elle vit. C’est par ces voyages qu’elle construira son propre style musical. De l’Electro, du hip-hop aucun style ne semble lui résister. On retrouve aussi beaucoup de sonorités africaines dans ses chansons notamment la chanson Makeba en l’honneur de Miriam Makeba célèbre chanteuse de Jazz Sud-Africaine. Sur scène elle porte toujours une petit robe noir et blanche lui donnant un petit air de fille sage et contrastant complètement avec sa musique (Peut-être un petit clin d’œil à Angus Young et son petit costume d’écolier). Du haut de ses 24 ans, pleine d’énergie, elle se jette même dans la foule et parcours tout la place de l’hotel de ville non pas en se faisant porter mais à l’intérieur d’une Zorball (boules humaines gonflables).

Lilly Wood & The Prick

Là c’est une redécouverte, je connaissais déjà Lily Wood, mais dans un registre plus Pop-Folk. Surtout avec leur chanson Prayer in C (superbement remixée par Robin Schulz). Mais le groupe a un peu évolué depuis cette époque. Un peu déconcertant au début, je me laisse très vite envoûter par les rythmes plus électro de leur dernier album. Ces rythmes se répercutent sur scène avec une Nili (la chanteuse) survoltée courant partout sur scène (On comprend mieux la tenue de Fitness).

Il est 22h30 à ce moment-là de la soirée. Il fait chaud et Lilly Wood & The Prick ont réussi à faire danser la place de l’hôtel de ville. Nous décidons donc d’aller chercher de l’eau et laissons donc notre place face à la scène que nous avions depuis 18h. Bien sûr, une fois hydraté, pas question de faire le forcing pour essayer de se rapprocher. Nous regardons donc le dernier concert de loin et comme il fait nuit, je n’ai pas de photos de celui-ci.

Jungle
En provenance de Londres, ils viennent nous jouer leur Electro Soul afin de clôturer la soirée. Derrière leurs claviers, ces 2 amis d’enfance dépoussièrent le Groove et le Funk et font retomber tranquillement le calme sur la place grâce à leurs mélodies envoûtantes.

Et voilà fin de cette 1ere journée de Fnac Live. Au bilan de cette édition? Plein de découverte, 3 superbes soirées dans un des coins les plus agréables de Paris. Vivement l’année prochaine.

Pour les photos c’est ici

DSC_0423
« 1 de 149 »