Elfondurock 2019

A une époque où la visibilité féminine est très recherchée, il existe un festival qui agit en tant que précurseur dans ce domaine. 
Fort de 23 années à donner de l’importance au rock féminin, Elfondurock est revenu à Marcoussis pour une 24ème édition les 29 et 30 Mars 2019.

Direction donc l’Essonne pour 2 soirées de concerts et cette année l’organisation ne s’est pas moquée du public en proposant à mon avis une des programmations la plus parfaite de ces dernières années (et pourtant les éditions précédentes avaient déjà un très haut niveau).Cette année 6 groupes vont se succéder. Toybloïd, Sparky In The Clouds et Shake Shake Go pour le premier soir et pour la 2ème soirée Requin Chagin, Madam et Minuit.

Comme à chaque édition, un festival Off se tient sur la scène annexe le temps de l’installation des instruments entre chaque groupe. Celui-ci permet de présenter de nombreux groupes régionaux et le travail de l’école des Arts de Marcoussis.Cette année, en plus d’Anne-Lou, Milha , Almeida, Elise, Shantal, Eva, Gaby, Clementine, Salomé, Alice, Romane, Eden, Gabrielle et Laurie, nous avons eu droit au groupe Imparfait (Rock Urbain) et à Toro/Azor (Electro Rock).Ces dernières ne déméritent pas de leur aînées. Entre reprises et compositions personnelles, elles ont su, au delà de faire patienter le public, captiver leur audience et maintenir le rythme endiablé de cette soirée.

Et quel rythme !!! La soirée a commencé sur les chapeaux de roues avec ToyBloïd qui nous a tout de suite prouvé pourquoi ce festival s’appelle “Elfondurock”.
On retrouve sur scène Lou, Madeleine et Greg pour un set Punk Rock à faire trembler les murs.
J’ai découvert Toybloïd en 2016 à la maroquinerie et j’avais déjà été bluffé par l’aisance sur scène de ce groupe et la puissance musicale dégagée.  Et bien cette impression s’est confirmée.
Il faut dire qu’après 10 années à enchaîner les concerts ils commencent à être bien rodés. Quelle énergie, on a du mal à croire qu’il ne sont que 3 sur scène.
Un set violent, agressif qui nous met tout de suite dans l’ambiance.Avec un nouvel album prévu pour 2019 c’est une des valeurs à suivre de la scène rock française. Une bien belle mise en bouche pour une soirée qui réserve surement plein d’autres surprises.

Changement de décor et c’est parti pour Sparky In The Clouds. La belle découverte de la soirée. Famille et amitié sont à l’origine de ce groupe. Né en 2014 de la rencontre de 2 sœurs anglaises Bryony et Miranda Perkins et du guitariste français Mathias Castagné, ce groupe nous offre leur folk impeccable, imprégné très fortement de leurs origines.
De cette union naîtra 2 superbes albums dont le dernier, “King & Queens”, sorti en 2018.
On retrouve donc une folk assez Jazzy sur des airs aux consonances gaéliques. Leur 2 voix s’affrontant et se mélangeant à l’unisson, le tout pour laisser notre esprit vagabonder sur des mélodies très agréables tantôt enivrantes tantôt entraînantes.
Si cela vous a donné envie, elles sont en tournée en France pour encore quelques dates.

On arrive à la fin de la 1ère soirée et l’organisation nous a réservé ni plus ni moins que Shake Shake Go.
En Décembre 2014, un groupe anglais sort le single “England Skies”  dont vous n’avez pas pu passer à coté. Entre radio, streaming… c’est un succès immédiat.Le monde découvre à ce moment le phénomène Shake Shake Go. S’enchaînera alors très vite un album “All in Time”  en 2016 suivi d’une tournée mondiale.

Ils reviennent en 2018 avec leur second album “Homesick ” qui est lui aussi très bien accueilli par le public et sont actuellement en tournée en Europe.Shake Shake Go c’est quatre excellents musiciens (Marc Le Goff, Kilian Saubusse, Virgile Rozand et Toby Barnett) et surtout Poppy Jones, chanteuse d’origine galloise débordante d’énergie qui n’hésite pas à impliquer le public dans son concert pour le faire chanter, sauter , danse. Elle se donne à fond et fournit une prestation époustouflante.
Un mélange entre l’énergie de Katie White des Ting Tings et des sonorités propre à l’accent gallois comme pouvait l’avoir Dolorès. Un style musical oscillant entre inde folk et indie pop la voix mélodieuse de Poppy nous fait tout de suite voyager.
On en prend plein le yeux et les oreilles. On ne pouvait pas rêver mieux pour terminer la soirée.

La tête pleine de souvenirs je rentre en attendant vivement la soirée du lendemain.

Même endroit 2ème jour, c’est parti pour le 1er set avec Requin Chagrin. Ma 1ère découverte de la soirée.
Venue de Ramatuelle (coin que j’affectionne particulièrement pour y passer des vacances depuis plus de 30 ans), Marion Brunetto grâce au soutient du collectif La Souterraine et surtout à Nikola Sirkis d’Indochine qui en plus de l’emmener en tournée pour être sa première partie, la signe sur son label.

Elle trouvera quand même le temps de composer son nouvel album Sémaphore sorti en Janvier 2019.
Avec Grégoire Cagnat, Gaël Étienne et Julian Belle, elle sort un set pop dans une ambiance lo-fi assez agréable. Entre la reverb à fond qui donne ce style “garage” et des sons par moment presque psychédéliques, elle enchaîne ses compositions (en français).Des textes mélancoliques relevés par une pop dynamique. On comprend très vite pourquoi Nikola a été attiré par ce groupe.A croire que leur Sémaphore leur a indiqué la direction du succès.

On enchaîne avec MADAM.
Ici pas de nuance Pop, Folk…. c’est du rock, du pur, du vrai avec des riffs puissants comme savait faire Courtney Love, The Runaways, The Breeders. 


Venues du Sud-Ouest, on retrouve sur scène Gab au Chant, Chris à la guitare, Marine à la basse et Anaïs à la batterie pour un set 100% Rock, que ce soit musicalement ou dans l’attitude. Malgré leur jeunesse, elles dégagent énormément d’énergie et ont réussi à faire bouger le public, essentiellement le devant de la scène qui s’est lancé dans un mini pogo. C’est pour vous dire l’ambiance qu’elles ont réussi à mettre. Avec MADAM, on peut dire que la relève est assurée. Pas encore d’album disponible mais vous pouvez trouver l’EP sur Bandcamp.

Vient malheureusement le moment de clore le festival. Cette année la tache est donnée au groupe MINUIT que j’avais déjà aperçu au festival Fnac Live. J’étais donc ravi de les revoir sur scène.
Minuit c’est avant tout  Simone Ringer et Raoul Chichin. Si ces noms vous disent quelque chose c’est qu’ils sont les enfants de Fred Chichin et Catherine Ringer plus connus sous le nom des Rita Mitsouko.

La musique est donc dans leur gènes et même si la voix de Simone conserve quelques sonorités, ils ont su se démarquer et faire du “Minuit”, à créer leur musique. Accompagné de Joseph Delmas et Klem Aubert, ils vont nous emmener dans leur univers. Un univers Rock, Funky qu’on découvre à travers les titres de leur 1er album Vertigo sorti en 2018 mais aussi Disco avec quelques reprises.
En ce jour de changement d’heure, on regrette juste que Minuit ne dure pas plus longtemps.

Et voila, Elfondurock c’est terminé pour cette année. En plus de ces 2 soirées vous pouviez aussi assister à la conférence “Quelle place pour les femmes dans l’apprentissage artistique ?”.
Donc si,vous aimez les concerts dans une salle à taille humaine où l’on est proche des artistes.
Si cela vous a donné envie de venir voir de bons concerts, rendez-vous en 2020 pour la prochaine édition.

Liens:
https://www.facebook.com/elfondurock.marcoussis/
http://www.marcoussis.fr/
https://www.facebook.com/imparfait.musique
https://www.facebook.com/toroazor/
http://www.marcoussis.fr/-Ecole-des-arts-
https://www.facebook.com/toybloid
http://www.sparkyintheclouds.com
https://www.shakeshakego.co.uk
/https://www.facebook.com/chagrin.requin/
https://www.facebook.com/madamofficiel/
http://www.minuitmusic.com

Pour les photos c’est ici !!!